Si vous pensez être tombé sur un énième article qui vous énoncera les 25 bienfaits de la marche ou qui vous donnera des conseils pour bien marcher. Là, vous faites fausse route.

Ici, on ne parlera que du plaisir de la marche. Faire un pas devant l’autre, un pas après l’autre. Faire ce geste si répétitif pendant des kilomètres ou seulement un seul et déjà vous vous sentez bien. Heureux, libre. Car c’est bien évident, marcher apaise aussi bien votre corps que votre esprit.

Un souvenir d’enfance

Vivant depuis toujours à la campagne et loin de tout, j’ai du utiliser la marche comme moyen de déplacement depuis mon enfance. Il fallait déjà faire presque un kilomètre à pied pour atteindre l’arrêt du car scolaire. A 5 ans, accompagnée des frères, des sœurs et des jeunes voisins, nous marchions chaque jour d’école vers la petite cabane en bois où nous attendions le vieux car rouge et bruyant.

Plus tard, lorsque le bruit et l’agitation de la maison m’ennuyaient, je marchais pendant des heures. Je prenais le chemin derrière le puits et j’allais vers la forêt ou le village ou la rivière. A la campagne, les chemins ne manquent pas. Ce sont ces heures de marche et de liberté qui m’ont aidé à passer une adolescence assez compliquée.

Et puis, il y a eu la Fac et donc la ville. Là aussi, j’ai beaucoup marché mais ce n’était pas du tout pareil. Faire un pas devant l’autre était devenu une fonction. Aucun plaisir, juste une obligation.

Après 3 ans de ville, retour à la campagne. Une campagne que l’on pourrait qualifier de profonde. La ruralité dans toute sa splendeur. J’ai recommencé à marcher. A marcher pour le plaisir.

L’art de la marche

On ne parle plus que de la marche comme exercice physique. Marche rapide, marche sportive, marche avec batons : présentée de cette manière, la marche devient un effort et une manière de calculer sa dépense en calories. On marche dans des salles, dans des villes ultra polluées et même sur des tapis. Après tout pourquoi pas, chacun ses choix.

La marche du matin est une bonne marche. Elle me rend heureuse et m’ouvre l’esprit. Je pourrais presque dire que c’est une marche spirituelle. Je flâne, je médite, je prends des photos, je joue avec le chien. C’est, pour moi, la meilleure manière de commencer une journée. Regarder le soleil se lever et illuminer la campagne brillante de gel, c’est un plaisir unique. Et l’été, lorsque l’odeur du foin fraichement coupé ou celle d’une pluie d’orage sur le chemin poussiéreux vous surprend au détour d’un chemin, vous êtes …« ailleurs ».

Encore faut-il aimer la Nature.

La marche de l’après-midi est très différente. Les paysages eux-mêmes sont différents. Cette balade est plus festive. On rencontre des gens, d’autres marcheurs qui n’hésitent pas à s’arrêter pour discuter. Du temps, bien entendu, du chien, de l’état du chemin, des vélos et des autres rencontres. Le marcheur de l’après-midi n’est jamais pressé. Souvent, il s’assoit au bord du chemin et parfois il s’allonge, la tête dans l’herbe haute et le nez dans les nuages. Il est heureux.

La balade de l’après-midi est différente de celle du matin. La campagne n’est plus la même.

L’esprit de la marche

Car oui, c’est indéniable la marche sur des chemins de campagne rend heureux. Aucun compte à rendre, aucune obligation, pas besoin de parler, juste de regarder, de humer, de respirer, de flâner et pourquoi pas, de méditer. Essayez donc vous aussi à ce moment de bonheur et de calme, vous verrez vous ne pourrez plus vous en passer.

Toutes les photos de ce post sont des photos personnelles. Elles proviennent tout droit de mes souvenirs de balade de 2021

6 commentaires

  1. Vivre à la campagne va de pair avec la marche. Les chemins sont de vrais aimants pour nos pieds. Je ne fais plus de grandes balades elles m’épuisent et après ma journée est fichue. 3 à 4 km par jour me suffisent maintenant. Toujours de belles photos apaisantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.