( ou la petite chronique du jardinier.)


Le chapeau du jardinier est sans doute pour vous un détail sans importance. Pourtant, les travailleurs de la terre, les éleveurs de légumes savent parfaitement à quel point leur couvre-chef est important.

Il ne doit être ni trop grand, sous peine de dégringoler chaque fois que le jardinier se penche ( ce qui arrive très souvent), ni trop petit. Avoir l’air d’un clown n’intéresse pas le jardinier. Qu’il soit trop serré ou trop large n’est pas non plus très indiqué.

L’art de choisir son chapeau

Un jardinier chevronné saura donc choisir son chapeau. Il sera de paille ( ou parfois, mais c’est plus rare, en roseau.). Car cette matière, en plus d’être naturelle, laissera filtrer la chaleur du crâne et – oh! merveille – s’adaptera très rapidement à la forme de la tête de son ” propriétaire”. Comme une chaussure, finalement.

Vous l’avez acheté, puis porté deux ou trois fois et – enfin – le voilà presque parfait. ça y est ! il est fait pour vous. Moulé à la mesure de votre tour de tête.

C’est l’expérience qui compte !

L’apprenti jardinier ne fait guère cas de cet accessoire. Après tout il n’est qu’apprenti. Et, lorsqu’il aura bêché et récolté sous un soleil de plomb et tête nu. Qu’il se tiendra la tête entre ses mains sous la douleur palpitante d’une migraine effroyable. Alors il saura. Il saura à quel point cet accessoire est utile. Il lui deviendra aussi indispensable que ses bottes en automne et son écharpe en hiver. Le chapeau de paille deviendra un compagnon de route indéfectible. Celui qu’on n’oublie jamais.

Un retour en force

Le chapeau de paille est revenu à la mode. Il s’est échappé des jardins potager pour vagabonder dans les rues les plus chics de la ville. Féminin ou masculin, il devient accessoire de mode. Naturel ou coloré, chargé de fleurs ou joliment enrubanné, il accompagne au pique-nique, à la plage et même à l’apéritif sur la terrasse. Plus besoin de soleil pour le porter. Il vous donnera un look gentiment “fermier” lorsque vous regarderez un beau couché de soleil sur la plage.

Un chapeau opportuniste

Le chapeau de paille se doit d’en profiter car sa période de gloire sera courte. Fin août marquera la fin de son intérêt. Mais pas pour le jardinier. Le chapeau lui servira encore jusqu’à la fin septembre et , si l’arrière saison est belle et chaude, pourquoi pas jusqu’à fin octobre ? ça c’est déjà vu. Et il faut noter que le jardinier se fiche de la mode . Il aime le confort et, lorsque les autres vendront leur chapeau sur Vinted, lui le gardera encore plusieurs années. Jusqu’à ce que la paille – usée et déformée – ne soit plus que trous et bosses.

Une seconde vie…

Mais encore là, sa fin n’est pas arrivée. Il servira encore et encore. Dans sa seconde vie, peut-être pourra-t-il mettre une touche de fantaisie au vieil épouvantail un peu délabré au fond du verger. A moins que les enfants ne le portent pour Halloween ou pour le carnaval de l’école en février. Rien ne se jette, tout se recycle. Voilà la devise du vrai bon jardinier. Celui là même qui, il y a quelques années, a mis deux heures à choisir son chapeau de paille sur un stand à la foire annuelle de la grande ville.